Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois de juillet 2015 - Erythrée
Intention de prière

"Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ne le savez-vous pas ?...

...Encore un peu, très peu de temps,...
Les sourds ... entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront. Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur, les malheureux exulteront en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans, l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal et sans raison déboutent l’innocent."

( d’après Isaïe 29, 17-21)

Appels à intervention
La lettre de l’ACAT -actualités, action et prière mars 2021-

Cher ami, chère amie,

L’ACAT résiste et ne se taira pas.

Aussi nous avons l’honneur de vous adresser notre Lettre de l’ACAT du mois de mars 2021 avec nos appels urgents.

L’ACAT s’empare ce mois-ci de la répression au Belarus et de l’oppression totale des Ouïgoures, aux marches de l’Empire du milieu. Les témoignages de tortures, viols et autres mauvais traitements se multiplient aujourd’hui. Ils sont accablants et nous troublent profondément. Nos sœurs luxembourgeoise et suisse sont passées à l’action : elles ont choisi ce thème comme support de la campagne de Vendredi saint cette année.
Nous vous proposons de vous y associer en souscrivant aux deux pétitions reprises par l’ACAT Belgique (pour gagner en envergure et une ampleur européenne).

Vous pouvez renvoyer les pétitions, même si celles-ci ne comportent qu’une seule signature - la vôtre-. Cependant, veillez à les adresser (scannées dans le cas de documents bien remplis) directement à MM. Xi Jin Ping et Borrell avant le 15 avril. – Exceptionnellement pas de copie à l’ambassade de Chine à Bruxelles.

Nous vous rappelons notre livret de Carême 2021, rassemblant des méditations composées par des personnes appartenant à des confessions chrétiennes diverses. Ces textes sont publiés sur le site Facebook au fur et à mesure de la progression dans le Carême.

Prenez soin de vous, tenez bon et sans hésiter, exprimez-vous, manifestez vos préoccupations et suggestions sur le mail de l’acat.

Fraternellement nous restons à votre entière disposition, au nom de tous les administrateurs,

Cécile Auriol

ACAT- Belgique

La lettre de l’ACAT -actualités, action et prière Février 2021-

Bonjour cher ami(e),

La pandémie qui dure a placé la souffrance de nos frères et sœurs sous le feu des projecteurs.
Elle a mis à nu notre immense vulnérabilité et nous force à l’humilité.

Plus que jamais, nous sommes, nous chrétiens, appelés à nous unir pour la regarder en face –ne plus détourner nos regards –et à agir.
Aller vers la souffrance des plus fragiles et de tous ceux qui sont enfermés ou opprimés, nous amène à partager cette souffrance. Telle est l’injonction du Christ ; telle est notre responsabilité.
Puisse le Seigneur distribuer sa grâce et sauver notre monde et nos églises de la division, qui partout menace, et nous seconder dans l’accomplissement de notre responsabilité.

Bref, nous avons l’honneur de vous transmettre notre courrier de l’ACAT de ce mois de février 2021 et voici enfin nos appels urgents.

Nous vous souhaitons une excellente entrée en Carême, qui commence fort tard cette année mais à laquelle vous pouvez dorénavant songer, puisque notre livret de Carême 2021, né de plumes parfois inédites, et en tous cas, issues de différentes confessions chrétiennes, pourront accompagner vos méditations ou prières au cours de cette période. Ces textes seront publiés sur le site Facebook au fur et à mesure de la progression dans le Carême.

Prenez soin de vous, tenez, bon et sans hésiter, exprimez-vous, manifestez vos préoccupations et suggestions sur le mail de l’acat.belgique@gmail.com.
Fraternellement vous salue, au nom de tous les administrateurs,

Cécile Auriol.
ACAT- Belgique

La lettre de l’ACAT -actualités, action et prière janvier 2021-
La lettre de l’ACAT -actualités, actions décembre 2020-

Bonjour ami(e) de l’ACAT,

Aujourd’hui, nous, chrétiens, fêtons avec le reste du monde, la journée internationale des droits humains, dans une année vraiment pas comme les autres, en plein cœur du temps sacré de l’Avent.

Notre lettre mensuelle comporte deux (r)appels à la mobilisation, deux grandes campagnes pour célébrer ce jour et qui vont accompagner notre Avent.

L’une, préparée par un groupe de dames de l’ACAT, concerne des défenseurs de l’environnement persécutés au Brésil. « Flamme d’espoir pour le futur de notre monde et de ses enfants », elle consiste en une pétition que nous vous demandons de faire circuler et de renvoyer au président Jair Bolsonaro. Et ce, quand bien même elle porterait une unique signature. Enfin, une partie du livret de campagne est consacrée à la prière, de sorte que vous pouvez vous y référer chaque fois que vous en éprouvez le désir.

La seconde action, lancée par la FIACAT, une récolte de fonds pour les prisonniers confinés d’Afrique, s’inscrit dans le travail de longue haleine de notre organisation faîtière, et qui porte de remarquables fruits, sur la détention préventive abusive en Afrique.

Nous vous demandons aussi de vous approprier la lettre (Appel urgent européen commun aux ACAT) pour les chrétiens du Haut-Karabagh, victimes de l’arbitraire et de la violence aveugles des armes déployées lors du tout récent conflit du Caucase. Par ailleurs, en ce jour anniversaire de notre Lettre du 10 décembre 2019, nous n’avons pu nous empêcher d’aborder la situation de trop de défenseurs arbitrairement emprisonnés en Égypte [Considérez l’appel portant sur l’Égypte comme entièrement facultatif ; idem pour celui sur l’Azerbaïdjan. Nous ne saurions faire ombrage à la campagne visant le Brésil].

Faites ce que vous pouvez, prenez les interventions et campagnes comme des propositions, des amorces de votre action de chrétiens dans le monde.

Notre ACAT Info, touffu et riche, est sur le point de paraître, avec, notamment un compte-rendu de notre soirée-débat du 8 décembre, « Regards croisés sur la situation des détenu·e·s en période de pandémie Covid 19 ». Aussi je n’en dis pas plus et m’arrêterai là.

Je vous souhaite à tous un vrai Noël, avec cette année, le silence plutôt que les remix horripilants, et la chaleur de vos très proches et celle de Sa Main, plutôt que la foule des grands magasins.

Au creux du silence est Dieu.

Dans le silence sont les prisonniers, les opprimés, et nos morts, ressuscités.

A bientôt, portez-vous bien,

Votre dévouée,
Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

La lettre de l’ACAT -actualités, action novembre 2020

Bien chers adhérents,

La date de notre AG reste fixée le 6 novembre à 17h. Comme vous le savez, la situation actuelle ne nous permettra pas de nous retrouver comme nous l’avions prévu. celle-ci se tiendra en effet via webex, c’est à dire online, et uniquement en présence du président, Luc Detavernier, de son épouse, Pasteur Isabelle Detavernier et de Michael Bougard notre trésorier, ainsi qu’un membre de l’ACAT, extérieur au conseil d’administration.

Webex offre heureusement la possibilité de prendre part aux débats et de voter en donnant procuration aux administrateurs présents.
Le lien et le protocole de participation à l’AG (comme si vous y étiez, mais sans vous déplacer) vous seront adressés ces jours prochains.

Ensemble, restons plus que jamais aux aguets des maux qui frappent la terre, et à l’écoute du monde qui semble (ce matin) sombrer.
En attendant de vous retrouver, nous vous souhaitons à toutes et à tous une bonne santé.

Cordialement

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Appel du mois de juillet 2015 - Erythrée

VIOLATIONS SYSTÉMATIQUES DES DROITS HUMAINS ET DES LIBERTÉS FONDAMENTALES
Intervenir avant le 23/07/2016

Situation

Sur la corne de l’Afrique, les terres arides de l’Erythrée (121144 km²), abritent un régime autoritaire des plus implacables et des plus fermés au monde. Bien que le pays, indépendant depuis 1993, ait ratifié le Pacte relatif aux droits civils et politiques en 2002 et le traité des Nations unies contre la torture en 2014, les droits fondamentaux et la liberté d’expression y sont cruellement bafoués. A telle enseigne que l’Erythrée est souvent comparée à la Corée du nord et que sa direction est dite atteinte de délire « obsidional » (paranoïaque). Des milliers de personnes sont maintenues en détention dans des conditions indignes et dégradantes. Dans son rapport 2015 sur les prisonniers, Amnesty International écrit : « Parmi eux se trouvent des personnes ayant émis des critiques à l’adresse de la politique et des mesures gouvernementales, des journalistes arrêtés en raison de leur travail, des opposants putatifs au régime ou simplement des individus pratiquant leur foi et dont la communauté confessionnelle n’est pas officiellement reconnue », comme les membres des églises pentecôtistes ou évangélistes, interdites.
Schématiquement, une moitié de la population appartient à la communauté musulmane sunnite ; l’autre, à l’église érythréenne orthodoxe.
Le rapport d’Amnesty pointe également des individus désireux de se soustraire à leur service militaire ou de s’exiler, ainsi que des personnes proches de la diaspora. Il n’est pas rare que leur trace s’efface. En effet, nombre de prisonniers d’opinions se trouvent depuis plus de deux décennies derrière les barreaux, sans mise en accusation formelle, ni procédure judicaire engagée à leur encontre.

Détention au secret : madame Fissehatsion

Ainsi, Aster Fissehatsion a été emprisonnée le 18 septembre 2001, sans chef d’accusation. Depuis, bien qu’aucune procédure judicaire n’ait été engagée à son encontre, elle est gardée à l’isolement. Elle avait été interpellée avec dix autres dissidents, tous des opposants au gouvernement appartenant au groupe « G-15 ». L’ex vice-président de l’Erythrée, Mahmoud Ahmed Sheriffo, son époux d’alors, fait aussi partie des personnes arrêtées.

Traitement réservé au Groupe des 15 et aux dissidents

C’est à partir de 2001 que des voix commencent à s’élever contre le gouvernement sans partage du Front populaire pour la Démocratie et la justice (People’s Front for Democracy and Justice -PFDJ), et les procédés dictatoriaux du président Issayas Afeworki. En exercice depuis 1991, il dirige à la fois le pays et le parti. La critique s’amplifie lorsqu’en mai 2001, quinze militants éminents du parti- formant le G15 - adressent une lettre à ses membres. Les abus du régime y sont répertoriés. En outre des propositions pour les contrer s’y trouvent énoncées. Le G15 a par ailleurs l’outrecuidance d’exiger du président une « approche constitutionnelle », lors de rassemblements du PFDJ. Il exige également le démarrage de la réforme judiciaire annoncée.
En aout 2001, le secrétariat général du PFDJ tance le « G-15 » pour tentative de déstabilisation du pays. Le groupe répond par une nouvelle lettre ouverte sollicitant la mobilisation du peuple érythréen pour résoudre les problèmes nationaux. Dans la soirée du 18 septembre 2001, onze membres du G15 sont incarcérés.
Les tortures et autres mauvais traitements des prisonniers sont monnaie courante. Les détenus peuvent être frappés, attachés dans des positions extrêmement douloureuses, exposés à des conditions climatiques extrêmes ou encore soumis à de longues stations en cellule d’isolement. Les conditions pénitentiaires correspondent à des traitements cruels inhumains et dégradants. Un certain nombre de détenus sont enfermés dans les cales de cargos, dans des containers de métal ou des cellules souterraines, au coeur de régions désertiques connaissant de grandes amplitudes thermiques, c’est à dire une alternance de chaleur et de froidure extrêmes. Les prisonniers sont privés d’eau potable et d’une alimentation saine. Il va sans dire que tout traitement ou soin médical leur est dénié.
Amnesty détient également des preuves du décès en captivité des journalistes arbitrairement écroués Dawit Habtemichael, Mattewos Habteab et Sahle Tsegazab. Le gouvernement n’a fait aucune déclaration, n’a entamé nulle enquête sur ce sujet.

Nous vous invitons à écrire aux autorités en utilisant le modèle de lettre ci-joint et à en adresser une copie aux ambassades dont l’adresse se trouve reproduite sur la lettre.
Affranchir à 0,72€ pour la Belgique et à 1,32 pour l’international.

  Imprimer

Documents joints