Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois de Janvier 2015 - Angola
Intention de prière

"Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ne le savez-vous pas ?...

...Encore un peu, très peu de temps,...
Les sourds ... entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront. Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur, les malheureux exulteront en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans, l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal et sans raison déboutent l’innocent."

( d’après Isaïe 29, 17-21)

Appels à intervention
La lettre de l’ACAT octobre 2021

Chers amis,

Ce mois-ci nous vous proposons une sélection sui generis, qui constitue le fil rouge des préoccupations de notre ACAT.
A la Une, la Journée mondiale contre la peine de mort, dans 4 jours exactement. ( Ce qui implique que vous recevrez encore un mail de nous, avec de la documentation et cette Newsletter complète et optimisée sous format réduit, et dont vous devez vous débarrasser s’il est indésiré).
Nous avons par ailleurs reçu"des plaintes " concernant les adresses emails réfractaires des destinetaires de nos appels urgents. Réponses en rouge, dans le corps de la newsletter.
Vous pouvez vous exprimer via acat.belgique@gmail.com, je suis à votre diposition.
Bonne continuation et bon mois d’octobre !

Cordialement,

Cécile Auriol (ACAT- Belgique)

La lettre de l’ACAT septembre 2021 – action et prière-

Chers amis,
Pour la plupart d’entre nous, la rentrée est déjà derrière nous. Que celle-ci soit honnie ou redoutée, ou au contraire, vivement attendue, nous devons faire face et reprendre le cours normal de nos activités. (Retrouvez ici l’animation audio du 2 septembre 21 de notre Pasteur Isabelle).
Quant au QG itinérant (flottant, volant), en tout cas, délocalisé de l’ACAT- Belgique, il a certes rencontré des difficultés de taille pour cette reprise, mais a finalement le plaisir de vous adresser ses premières actions urgentes, dans un format peu habituel.
Que l’espérance nous procure la force, la constance et l’intelligence pour combattre non seulement l’inéluctable adversité, mais aussi l’injustice et l’arbitraire qui hélas meurtrit (de plus belle ?) les peuples de la terre.
Pour lutter et continuer, demeurons impavides, fermés et sourds aux paroles de discorde. Restons sereins et unis, dans l’esprit acatien des origines.
Vous pouvez vous exprimer via acat.belgique@gmail.com.
Belle suite de rentrée !

Cordialement,

Cécile Auriol (ACAT- Belgique)

La lettre de l’ACAT -actualités, action – Aout 2021

Chers tous,
A l’ACAT, nous allons toujours contre la torture. En pensée, ou par la prière, nous marchons aussi aux côtés de ces jeunes Acatiens qui sillonnent à vélo le bocage normand, ainsi que nous l’a appris Google Alerts, en portant la cause de Germain Rukuki.
Quant à vous Tous, nous espérons que vous vous portez tous bien et que cela durera.
Ce mois-ci, nous ne vous proposerons, dans un premier temps, qu’un seul appel estampillé « Belgique » : nous sommes en vacances n’est-ce pas ? Les actualités de la FIACAT sont d’ailleurs un peu celles du mois passé avec ici, le rapport CAT de notre coalition d’organisations de la société civile, soumis à l’examen de l’ONU en juillet, et là, le rapport EPU examiné par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, avec lien vers chronique RCF.

Cordialement, et merci à ceux qui, hors du « cercle des administrateurs », nous soutiennent, particulièrement à François(e), T-M, Béa, Daniel, Jacques, Yannick et Henri… Ils se reconnaîtront !

A bientôt !

Cécile Auriol (ACAT- Belgique) Exprimez-vous (acat.belgique@gmail.com).

La lettre de l’ACAT -actualités, action – Juillet 2021

Chers tous,

A l’ACAT, cet été, « [nous irons] avec cette force que [nous avons] » (Juges 6:14, motto de la Nuit des Veilleurs 2021). Certainement, nous ne baisserons pas la garde à la faveur de l’été et nous ne nous laisserons pas endormir par les bons mots qui, ces jours-ci, fusent de toute part, alors que déjà se pointent de gros nuages sombres. En effet, nous n’en avons pas fini avec la souffrance, la violence, les incendies, la pandémie et ses conséquences, et encore moins avec la pratique de la torture. Combattre ces fléaux demande force et persévérance.

C’est pourquoi nous espérons que vous commencerez cet été en excellente santé. Au sommaire de notre lettre mensuelle :

· nos appels mensuels avec des nouvelles de l’appel urgent européen, qui concernait la dérive martiale en Colombie ;

· les actualités de la FIACAT et de l’ACAT avec ici, le rapport CAT déposé par notre coalition d’organisations de la société civile, soumis à examen à partir du 12 juillet et là, le rapport EPU examiné par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies,–avec le lien vers une chronique RCF.

Assurément l’action de l’ACAT est rendue possible par les bons offices de l’Esprit saint, mais aussi grâce à votre fidèle soutien. Ainsi, portez-vous bien, si possible dans la joie. Profitez bien de vos frères et sœurs, et de la profusion de l’été, mais gardez quand même une certaine prudence !

Cordialement, et merci à ceux qui nous soutiennent !

Cécile Auriol (ACAT- Belgique)

La lettre de l’ACAT -actualités, action juin 2021– Pentecôte et lendemains
Appel du mois de Janvier 2015 - Angola

Une activiste politique torturée par la police pour avoir manifesté pacifiquement contre le pouvoir - Intervenir avant le 30/01/2015

Le 23 novembre 2014, Laurinda Gouveia, étudiante et membre du collectif Central Angola 7311 – groupe de jeunes militants hostiles au président angolais José Eduardo dos Santos au pouvoir depuis 34 ans – a été torturée durant deux heures.
Laurinda Gouveia a été arrêtée par la police alors qu’elle filmait trois autres activistes de Central Angola 7311, qui manifestaient à Luanda, en hommage à un militant politique tué un an plus tôt par la garde présidentielle.

Un policier lui a arraché son téléphone des mains. Un autre l’a frappée au visage. Laurinda a ensuite été traînée par les cheveux jusqu’à un véhicule de police, puis conduite à l’Institut commercial de Luanda, Alors qu’elle était menottée, un officier supérieur de la police a hurlé : « Oh toi, sale p***, tu es là pour mettre le bordel », puis l’a frappée au visage. Les six policiers et agents des services de renseignements présents l’ont ensuite rouée de coups avec des matraques, des câbles et des barres de fer. La jeune femme s’est évanouie à plusieurs reprises au cours de son calvaire qui a duré deux heures.

JPEG - 497.7 ko
Laurinda Gouveia

Les policiers l’ont finalement jetée, inconsciente, sur la chaussée à 300 mètres du lieu où elle avait été torturée. Des passants l’ont emmenée à l’hôpital public. Le lendemain, elle a été admise dans une clinique privée.

Au cours de la séance de torture, les policiers lui ont fait comprendre qu’ils connaissaient son identité et son adresse et l’ont menacée de revenir pour la tuer si elle poursuivait ses activités politiques.

Un régime autocratique au pouvoir depuis 1979

Depuis la fin de la guerre civile en 2002, l’Angola est en pleine reconstruction. Sa croissance économique impressionnante et son influence politique voire militaire sur ses voisins congolais (RDC et Congo-Brazzaville) lui ont permis de redevenir une puissance géostratégique majeure dans la région. Mais sur le plan interne, peu d’efforts ont été consentis par le régime pour améliorer la situation des droits de l’homme favoriser l’ouverture démocratique et la bonne gouvernance dans le pays. le président, José Eduardo dos Santos est au pouvoir depuis 1979. Son clan- famille et généraux- ont amassé une grande fortune grâce à leur mainmise sur le pays.

Une frange de la jeunesse contestataire

Les mouvements d’opposition politique au sein de la jeunesse, font l’objet d’une répression continue. Depuis mars 2011, plusieurs manifestations pacifiques organisées à Luanda pour réclamer une alternance politique ont été réprimées avec une force excessive. De nombreux jeunes ayant assisté à de tels événements, ont été intimidés, enlevés, frappés et torturés par des hommes armés, souvent en civil, qui sont vraisemblablement des membres des services de sécurité de l’État. Les membres du collectif Central Angola 7311, particulièrement, ont été la cible d’agressions en marge de ces manifestations.

Une police autorisée à user de la violence

Le règlement disciplinaire en vigueur au sein de la police nationale autorise l’usage de la violence et des mauvais traitements en cas de résistance, de fuite ou de tentative de fuite. Il autorise également l’usage des armes à feu lorsqu’un supérieur le demande pour maintenir l’ordre public ou procéder à des arrestations.

(Source ACAT France)

  Imprimer

Documents joints