Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois de Février 2015 - Burundi
Intention de prière

"Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ne le savez-vous pas ?...

...Encore un peu, très peu de temps,...
Les sourds ... entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront. Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur, les malheureux exulteront en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans, l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal et sans raison déboutent l’innocent."

( d’après Isaïe 29, 17-21)

Appels à intervention
La lettre de l’ACAT -actualités, action et prière janvier 2021-
La lettre de l’ACAT -actualités, actions décembre 2020-

Bonjour ami(e) de l’ACAT,

Aujourd’hui, nous, chrétiens, fêtons avec le reste du monde, la journée internationale des droits humains, dans une année vraiment pas comme les autres, en plein cœur du temps sacré de l’Avent.

Notre lettre mensuelle comporte deux (r)appels à la mobilisation, deux grandes campagnes pour célébrer ce jour et qui vont accompagner notre Avent.

L’une, préparée par un groupe de dames de l’ACAT, concerne des défenseurs de l’environnement persécutés au Brésil. « Flamme d’espoir pour le futur de notre monde et de ses enfants », elle consiste en une pétition que nous vous demandons de faire circuler et de renvoyer au président Jair Bolsonaro. Et ce, quand bien même elle porterait une unique signature. Enfin, une partie du livret de campagne est consacrée à la prière, de sorte que vous pouvez vous y référer chaque fois que vous en éprouvez le désir.

La seconde action, lancée par la FIACAT, une récolte de fonds pour les prisonniers confinés d’Afrique, s’inscrit dans le travail de longue haleine de notre organisation faîtière, et qui porte de remarquables fruits, sur la détention préventive abusive en Afrique.

Nous vous demandons aussi de vous approprier la lettre (Appel urgent européen commun aux ACAT) pour les chrétiens du Haut-Karabagh, victimes de l’arbitraire et de la violence aveugles des armes déployées lors du tout récent conflit du Caucase. Par ailleurs, en ce jour anniversaire de notre Lettre du 10 décembre 2019, nous n’avons pu nous empêcher d’aborder la situation de trop de défenseurs arbitrairement emprisonnés en Égypte [Considérez l’appel portant sur l’Égypte comme entièrement facultatif ; idem pour celui sur l’Azerbaïdjan. Nous ne saurions faire ombrage à la campagne visant le Brésil].

Faites ce que vous pouvez, prenez les interventions et campagnes comme des propositions, des amorces de votre action de chrétiens dans le monde.

Notre ACAT Info, touffu et riche, est sur le point de paraître, avec, notamment un compte-rendu de notre soirée-débat du 8 décembre, « Regards croisés sur la situation des détenu·e·s en période de pandémie Covid 19 ». Aussi je n’en dis pas plus et m’arrêterai là.

Je vous souhaite à tous un vrai Noël, avec cette année, le silence plutôt que les remix horripilants, et la chaleur de vos très proches et celle de Sa Main, plutôt que la foule des grands magasins.

Au creux du silence est Dieu.

Dans le silence sont les prisonniers, les opprimés, et nos morts, ressuscités.

A bientôt, portez-vous bien,

Votre dévouée,
Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

La lettre de l’ACAT -actualités, action novembre 2020

Bien chers adhérents,

La date de notre AG reste fixée le 6 novembre à 17h. Comme vous le savez, la situation actuelle ne nous permettra pas de nous retrouver comme nous l’avions prévu. celle-ci se tiendra en effet via webex, c’est à dire online, et uniquement en présence du président, Luc Detavernier, de son épouse, Pasteur Isabelle Detavernier et de Michael Bougard notre trésorier, ainsi qu’un membre de l’ACAT, extérieur au conseil d’administration.

Webex offre heureusement la possibilité de prendre part aux débats et de voter en donnant procuration aux administrateurs présents.
Le lien et le protocole de participation à l’AG (comme si vous y étiez, mais sans vous déplacer) vous seront adressés ces jours prochains.

Ensemble, restons plus que jamais aux aguets des maux qui frappent la terre, et à l’écoute du monde qui semble (ce matin) sombrer.
En attendant de vous retrouver, nous vous souhaitons à toutes et à tous une bonne santé.

Cordialement

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Octobre 2020 : Vietnam, Arabie Saoudite et Espagne + Belarus

BONJOUR chers adhérents et amis,

En cette période extrêmement difficile, nous espérons que vous demeurez pleins de courage et d’espérance. Voici nos appels urgents mensuels....

Appel urgent (Janvier 2017) - CHILI

« Procès vicié » et préventive prolongée

Appel du mois de Février 2015 - Burundi

Arrestation irrégulière du journaliste Bob Rugurika

Intervenir avant le 28/02/2015

Bob Rugurika, journaliste et directeur de la Radio Publique Africaine (RPA), a été arrêté le 20 janvier dernier. En cause : une série de reportages sur le meurtre de trois religieuses italiennes perpétré le 7 septembre 2014 à Kamenge au Burundi.

Un handicapé mental avait déjà été inculpé dans le cadre de l’enquête. Cependant, les reportages diffusés sur la RPA contenaient le témoignage d’une autre personne qui admettait avoir participé à cet assassinat ; elle y révélait les noms des coauteurs et commanditaires de l’assassinat, parmi lesquels de hauts responsables des services de renseignement et de la police. Refusant de révéler sa source, Bob a été transféré le à la prison de Muramvya, après 24 heures en cellule d’isolement.

JPEG - 6.6 ko
Le journaliste Bob Rugurika

Le mandat d’arrêt délivré à l’encontre de Bob Rugurika se fonde sur trois motifs, dont deux passibles de 20 ans d’emprisonnement. D’abord, la complicité d’assassinat qui, pour être constituée, doit comporter un acte matériel, distinct de celui de l’assassinat et accompli antérieurement ou concomitamment à l’assassinat. Aucun acte de M. Rugurika avant ou simultanément lié à ces meurtres n’a été établi. la diffusion des reportages étant postérieure. Ensuite, la violation du secret de l’instruction qui, selon le droit pénal burundais, consiste à dévoiler à des personnes susceptibles d’être impliquées dans l’infraction des informations issues d’une enquête ou d’une instruction en cours dont on aurait connaissance en raison de ses fonctions, dans le but d’entraver les investigations ou la vérité. M .Rugurika ne s’est livré à aucune des actions visées par le Code de procédure pénale. Enfin, le manquement à la solidarité publique (d’après la législation burundaise, le fait d’avoir eu connaissance d’une infraction déjà consommée et de ne pas avoir averti les autorités alors qu’il était encore possible d’en limiter les effets) est irrecevable, les reportages ayant été diffusés après l’assassinat des trois religieuses.

Bob Rugurika été plusieurs fois menacé et harcelé.

La société civile burundaise, ardente et très impliquée, est relayée par des médias dynamiques et très critiques, en dépit d’incessantes tentatives (détention provisoire prolongée et le harcèlement judiciaire) pour les museler. La Loi sur la presse de 2013 permet de limiter la liberté d’expression, celle de la presse notamment.

Depuis son indépendance en 1962, le Burundi est déchiré par la rivalité- à son apogée lors de la guerre civile de 1993 à 2001- entre Hutus et Tutsis Sous l’égide de l’Afrique du sud et de l’ONU, le processus de réconciliation a abouti en 2001 aux accords de paix d’Arusha. Ceux-ci établissent un système politique fondé sur l’équilibre ethnique. Des quotas garantissent désormais la présence de représentants tutsis et hutus au sein d’un gouvernement pluraliste. La problématique identitaire est néanmoins remplacée aujourd’hui par une compétition politique forcenée. Depuis quelques semaines, en amont de l’échéance présidentielle et parlementaire de mai et juin, la discorde menace le pays. L’opposition reproche au Président Nkurunziza non seulement sa conduite despotique, mais encore ses manouvres pour modifier la constitution de manière à avantager son parti et à briguer un troisième mandat. Accusations de corruptions, manipulations des scrutins et intimidations des membres de l’opposition laissent présager une nouvelle période troublée.

(Source FIACAT et ACAT Burundi)

  Imprimer

Documents joints