Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois (Novembre 2016) - Burundi
Intention de prière

"Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ne le savez-vous pas ?...

...Encore un peu, très peu de temps,...
Les sourds ... entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront. Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur, les malheureux exulteront en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans, l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal et sans raison déboutent l’innocent."

( d’après Isaïe 29, 17-21)

Appels à intervention
La lettre de l’ACAT octobre 2021

Chers amis,

Ce mois-ci nous vous proposons une sélection sui generis, qui constitue le fil rouge des préoccupations de notre ACAT.
A la Une, la Journée mondiale contre la peine de mort, dans 4 jours exactement. ( Ce qui implique que vous recevrez encore un mail de nous, avec de la documentation et cette Newsletter complète et optimisée sous format réduit, et dont vous devez vous débarrasser s’il est indésiré).
Nous avons par ailleurs reçu"des plaintes " concernant les adresses emails réfractaires des destinetaires de nos appels urgents. Réponses en rouge, dans le corps de la newsletter.
Vous pouvez vous exprimer via acat.belgique@gmail.com, je suis à votre diposition.
Bonne continuation et bon mois d’octobre !

Cordialement,

Cécile Auriol (ACAT- Belgique)

La lettre de l’ACAT septembre 2021 – action et prière-

Chers amis,
Pour la plupart d’entre nous, la rentrée est déjà derrière nous. Que celle-ci soit honnie ou redoutée, ou au contraire, vivement attendue, nous devons faire face et reprendre le cours normal de nos activités. (Retrouvez ici l’animation audio du 2 septembre 21 de notre Pasteur Isabelle).
Quant au QG itinérant (flottant, volant), en tout cas, délocalisé de l’ACAT- Belgique, il a certes rencontré des difficultés de taille pour cette reprise, mais a finalement le plaisir de vous adresser ses premières actions urgentes, dans un format peu habituel.
Que l’espérance nous procure la force, la constance et l’intelligence pour combattre non seulement l’inéluctable adversité, mais aussi l’injustice et l’arbitraire qui hélas meurtrit (de plus belle ?) les peuples de la terre.
Pour lutter et continuer, demeurons impavides, fermés et sourds aux paroles de discorde. Restons sereins et unis, dans l’esprit acatien des origines.
Vous pouvez vous exprimer via acat.belgique@gmail.com.
Belle suite de rentrée !

Cordialement,

Cécile Auriol (ACAT- Belgique)

La lettre de l’ACAT -actualités, action – Aout 2021

Chers tous,
A l’ACAT, nous allons toujours contre la torture. En pensée, ou par la prière, nous marchons aussi aux côtés de ces jeunes Acatiens qui sillonnent à vélo le bocage normand, ainsi que nous l’a appris Google Alerts, en portant la cause de Germain Rukuki.
Quant à vous Tous, nous espérons que vous vous portez tous bien et que cela durera.
Ce mois-ci, nous ne vous proposerons, dans un premier temps, qu’un seul appel estampillé « Belgique » : nous sommes en vacances n’est-ce pas ? Les actualités de la FIACAT sont d’ailleurs un peu celles du mois passé avec ici, le rapport CAT de notre coalition d’organisations de la société civile, soumis à l’examen de l’ONU en juillet, et là, le rapport EPU examiné par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, avec lien vers chronique RCF.

Cordialement, et merci à ceux qui, hors du « cercle des administrateurs », nous soutiennent, particulièrement à François(e), T-M, Béa, Daniel, Jacques, Yannick et Henri… Ils se reconnaîtront !

A bientôt !

Cécile Auriol (ACAT- Belgique) Exprimez-vous (acat.belgique@gmail.com).

La lettre de l’ACAT -actualités, action – Juillet 2021

Chers tous,

A l’ACAT, cet été, « [nous irons] avec cette force que [nous avons] » (Juges 6:14, motto de la Nuit des Veilleurs 2021). Certainement, nous ne baisserons pas la garde à la faveur de l’été et nous ne nous laisserons pas endormir par les bons mots qui, ces jours-ci, fusent de toute part, alors que déjà se pointent de gros nuages sombres. En effet, nous n’en avons pas fini avec la souffrance, la violence, les incendies, la pandémie et ses conséquences, et encore moins avec la pratique de la torture. Combattre ces fléaux demande force et persévérance.

C’est pourquoi nous espérons que vous commencerez cet été en excellente santé. Au sommaire de notre lettre mensuelle :

· nos appels mensuels avec des nouvelles de l’appel urgent européen, qui concernait la dérive martiale en Colombie ;

· les actualités de la FIACAT et de l’ACAT avec ici, le rapport CAT déposé par notre coalition d’organisations de la société civile, soumis à examen à partir du 12 juillet et là, le rapport EPU examiné par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies,–avec le lien vers une chronique RCF.

Assurément l’action de l’ACAT est rendue possible par les bons offices de l’Esprit saint, mais aussi grâce à votre fidèle soutien. Ainsi, portez-vous bien, si possible dans la joie. Profitez bien de vos frères et sœurs, et de la profusion de l’été, mais gardez quand même une certaine prudence !

Cordialement, et merci à ceux qui nous soutiennent !

Cécile Auriol (ACAT- Belgique)

La lettre de l’ACAT -actualités, action juin 2021– Pentecôte et lendemains
Appel du mois (Novembre 2016) - Burundi

Word - 51 ko

Intervenir avant le 05/12/2016

LA DEGRADATION DE LA SITUATION DES DROITS HUMAINS AU BURUNDI a commencé en avril 2015, lorsque Pierre Nkurunziza a voulu modifier la constitution afin de briguer un troisième mandat présidentiel. Elle suscite une inquiétude de plus en plus vive. Presque tous les défenseurs des droits de l’homme ont fui le pays. Plus aucun média indépendant n’est en mesure de diffuser des informations librement et de façon indépendante. Ceux qui demeurent dans le pays doivent compter avec un harcèlement et des intimidations répétés, parfois jusqu’à l’agression physique et, au pire, à la disparition forcée. On déplore ainsi les disparitions forcées de Marie-Claudette Kwizera, trésorière de la ligue Iteka depuis le 10 décembre 2015. A ce jour, les autorités burundaises refusent de dévoiler la moindre information sur son sort. De la même façon, Jean Bigirimana (notre photo), un journaliste du groupe de presse burundais indépendant Iwacu, est arrêté sans mandat par le service national de renseignement (NIS) le 22 juillet dernier. A ce jour il continue d’être porté disparu. Depuis fin 2015 ce sont plus de 300 disparitions forcées qui ont été signalées à la ligue Iteka !

Les représailles contre les travailleurs des droits humains qui coopèrent avec les organisations internationales pour dénoncer les violations endémiques et quotidiennes au Burundi se sont intensifiées. Par exemple, fin juillet 2016, juste après l’examen de la crise des droits de l’homme par le comité contre la torture de l’ONU (CAT), le gouvernement a requis la radiation de quatre avocats ayant participé à la session.
Le 19 octobre 2016 le Ministère de l’intérieur et de la formation patriotique a adopté une ordonnance de radiation définitive de certaines associations burundaises. Cette radiation de la liste des associations sans but lucratif vise l’ACAT Burundi, membre du réseau de la FIACAT, ainsi que 4 autres organisations burundaises : le Forum pour le Renforcement de la Société Civile (FORSC), le Forum pour la Conscience et le Développement (FOCODE), l’Association burundaise pour la Protection des Droits Humains et des Personnes Détenues (APRODH) et le Réseau des Citoyens Probes (RCP). Cette suspension est motivée par le fait que ces associations se seraient « écartées de leurs objectifs consignés dans leurs statuts et s’activent plutôt à ternir l’image du pays et à semer la haine et la division au sein de la population burundaise ».
Ces associations avaient déjà été visées par une suspension provisoire le 23 novembre 2015. Celle-ci faisait suite à une lettre du Procureur général de la République du 19 novembre 2015 demandant que les comptes bancaires de certaines de ces organisations ainsi que ceux de leurs dirigeants- parmi lesquels l’ACAT Burundi et son Président, Maitre Armel Niyongere, soient gelés. D’autres mesures ont été prises par la suite à l’encontre de dirigeants d’organisations burundaises. Ainsi, Maitre Niyongere a fait l’objet de nombreuses autres mesures d’intimidation et de répression le contraignant à l’exil, en particulier l’émission d’un mandat d’arrêt international et une demande de radiation du Barreau de Bujumbura. Celle-ci a d’ailleurs été rejetée par une décision du Conseil de l’Ordre des avocats de Bujumbura du 27 septembre 2016.
Parallèlement, une autre ordonnance a été adoptée le 24 octobre 2016 par ce même Ministère : elle suspend provisoirement l’action d’autres organisations burundaises : SOS-Torture / Burundi (initiative lancée par des défenseurs burundais suite à la première ordonnance de suspension de certaines ONG mais non enregistrée en tant qu’association sans but lucratif) ainsi que la Coalition de la Société civile pour le Monitoring Electoral, la Coalition burundaise pour la CPI, l’Union Burundaise des Journalistes et la Ligue Iteka.
Ce sont là les dernières illustrations d’une série de violations des droits à la liberté d’expression et d’association visant les défenseurs burundais. Un collectif de quelque 200 personnes a d’ailleurs déposé plainte devant la CPI.
(Sources : FIACAT et OMCT)

  Imprimer

Répondre à cet article