Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois (Novembre 2015) - Syrie
Intention de prière

"Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ne le savez-vous pas ?...

...Encore un peu, très peu de temps,...
Les sourds ... entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront. Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur, les malheureux exulteront en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans, l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal et sans raison déboutent l’innocent."

( d’après Isaïe 29, 17-21)

Appels à intervention
La lettre de l’ACAT -actualités, action – Juillet 2021

Chers tous,

A l’ACAT, cet été, « [nous irons] avec cette force que [nous avons] » (Juges 6:14, motto de la Nuit des Veilleurs 2021). Certainement, nous ne baisserons pas la garde à la faveur de l’été et nous ne nous laisserons pas endormir par les bons mots qui, ces jours-ci, fusent de toute part, alors que déjà se pointent de gros nuages sombres. En effet, nous n’en avons pas fini avec la souffrance, la violence, les incendies, la pandémie et ses conséquences, et encore moins avec la pratique de la torture. Combattre ces fléaux demande force et persévérance.

C’est pourquoi nous espérons que vous commencerez cet été en excellente santé. Au sommaire de notre lettre mensuelle :

· nos appels mensuels avec des nouvelles de l’appel urgent européen, qui concernait la dérive martiale en Colombie ;

· les actualités de la FIACAT et de l’ACAT avec ici, le rapport CAT déposé par notre coalition d’organisations de la société civile, soumis à examen à partir du 12 juillet et là, le rapport EPU examiné par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies,–avec le lien vers une chronique RCF.

Assurément l’action de l’ACAT est rendue possible par les bons offices de l’Esprit saint, mais aussi grâce à votre fidèle soutien. Ainsi, portez-vous bien, si possible dans la joie. Profitez bien de vos frères et sœurs, et de la profusion de l’été, mais gardez quand même une certaine prudence !

Cordialement, et merci à ceux qui nous soutiennent !

Cécile Auriol (ACAT- Belgique)

La lettre de l’ACAT -actualités, action juin 2021– Pentecôte et lendemains
Actualité sur Germain Rukuki
La lettre de l’ACAT -actualités, action Mai 2021– Pâques et lendemains de Pâques, temps pascal
La lettre de l’ACAT -actualités, action – Pâques 2021

Fête de la Résurrection, vénération de la Sainte Croix …

Appel du mois (Novembre 2015) - Syrie

Disparitions forcées de défenseurs
Une arme non conventionnelle de destruction redoutable

Intervenir avant le 30/11/2015

Bassel Khartabil

Syrien d’origine palestinienne, Bassel Khartabil est un ingénieur de 34 ans spécialisé dans le développement informatique de logiciels libres (« open source »). Avant son arrestation, il n’avait de cesse d’encourager la liberté d’expression et l’accès à l’information via Internet. Il a fondé Creative Commons Syria, une ONG qui permet l’échange d’œuvres artistiques, légalement et gratuitement. Il a également reçu en 2013 le prix de l’Index on Censorship Digital Freedom Award for using technology. Il plaidait contre vents et marées en faveur d’une révolution syrienne pacifique.
Bassel Khartabil a été arrêté le 15 mars 2012 à Damas, par des agents du Renseignement militaire syrien et enfermé au pénitencier de Kafr Souseh. Détenu au secret jusqu’en novembre, Bassel Khartabil a été transféré à la prison d’Adra et jugé par un tribunal militaire d’exception. Le 9 décembre 2012 on l’a transféré à la prison militaire de Saidnaya. Lorsqu’il a été ramené à Adra, le 24 décembre 2012, il a pu raconter à ses proches- qui le retrouvaient enfin- que son procès avait été expéditif, qu’il n’avait pas connaissance des conclusions de la Cour et surtout qu’il avait été cruellement torturé à Saidnaya. Le 3 octobre dernier des agents des forces de sécurité syriennes ont ordonné à Bassel Khartabil de rassembler ses affaires : il allait quitter la prison d’Adra. Elles ne l’ont toutefois pas informé de sa prochaine destination. Des bribes d’informations glanées çà et là portent à croire qu’il a été transféré à la section al Qaboun de la police militaire, pour être une nouvelle fois présenté devant un tribunal militaire d’exception.
Dans ce type d’établissements, la torture et les mauvais traitements sont légion, les procédures, arbitraires. Les audiences sont tenues secrètes et à huis clos. De plus, le droit à la défense n’y est pas autorisé. Selon les dires de prisonniers relaxés et passés par ces instances, les procédures sont bâclées et sommaires. Elles ne durent que quelques minutes et contreviennent aux normes internationales d’équité les plus basiques.
Le 3 octobre, Bassel Khartabil a pu avertir sa famille de son transfert vers un lieu où Il risque d’être une nouvelle fois à la merci de ses tortionnaires.
Le droit international qualifie de disparition forcée le fait que les autorités d’un État privent une personne de sa liberté et refusent de livrer la moindre information sur son sort.

Khalil Ma’touq et Mohamed Zaza

On a perdu la trace d’un avocat syrien et de son assistant et ami. Maitre Khalil Ma’touq et Mohamed Zaza ont probablement été arrêtés à l’un des checkpoints contrôlés par le gouvernement, le 2 octobre 2012, comme ils effectuaient le trajet du domicile de Khalil Ma’touq à Sahnaya, -banlieue de Damas-, à son bureau situé dans la capitale. Les deux premières années suivant ces disparitions, leur entourage a tenté de cueillir des informations auprès du procureur de Damas qui a démenti l’arrestation des deux hommes. Depuis, les autorités n’ont livré aucun détail à leur entourage concernant leur sort. Cependant, des détenus remis en liberté ont affirmé avoir aperçu l’avocat dans plusieurs centres de détention gouvernementaux, dont la branche de sécurité de l’État 285 et la branche 235 des services de renseignements de l’armée à Damas.
Bien que le motif de leur emprisonnement ne soit pas clair, leur disparition forcée est vraisemblablement liée au travail d’avocat de Khalil Ma’touq qui est spécialisé dans la défense de prisonniers politiques. Il a soutenu, souvent sans réclamer d’honoraires, des centaines de personnes emprisonnées pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. Directeur du Centre syrien d’études et de recherches juridiques, il a terminé en seconde position de la sélection 2015 du Prix Lawyers for Lawyers. Ce prix récompense des avocats "qui œuvrent pour la promotion de l’état de droit et des droits humains de façon exceptionnelle et qui sont menacés à cause de leur travail".
Les détenus des centres de détention gérés par les forces syriennes de sécurité sont fréquemment confrontés à des conditions de détention épouvantables. D’anciens prisonniers de la branche 235 ont déclaré avoir été détenus dans des cellules surpeuplées, avec un accès insuffisant à la nourriture, à l’eau et aux sanitaires. Un détenu a indiqué qu’environ cinq hommes seraient décédés dans sa cellule chaque jour des suites de la torture ou de maladies survenues en détention.
Khalil Ma’touq, qui souffre d’une grave maladie des poumons, a impérativement besoin de médicaments et de soins.
À l’occasion du 3e anniversaire de la disparition forcée de Khalil Ma’touq et de Mohamed Zaza, plusieurs organisations, dont l’ACAT, ont réitéré leur appel afin que les deux hommes soient libérés sans conditions.

Nous vous invitons à écrire aux autorités en utilisant le modèle de lettre ci-joint que vous adresserez aux responsables dont l’adresse se trouve sur la lettre. Affranchir à 0,72€ pour la Belgique et à 1,32 pour l’international.

Seigneur, en ces temps tourmentés où la vie de l’homme est souvent
instrumentalisée, méprisée, viens toucher le coeur de ceux qui
maltraitent, persécutent leurs semblables. Soutiens ceux qui sont leurs
frères en humanité, donne- leur de garder l’espérance dans le drame
qu’ils vivent

  Imprimer

Documents joints