Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois (Mars 2016) - RDC
Intention de prière

"Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ne le savez-vous pas ?...

...Encore un peu, très peu de temps,...
Les sourds ... entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront. Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur, les malheureux exulteront en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans, l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal et sans raison déboutent l’innocent."

( d’après Isaïe 29, 17-21)

Appels à intervention
La lettre de l’ACAT -actualités, action et prière janvier 2021-
La lettre de l’ACAT -actualités, actions décembre 2020-

Bonjour ami(e) de l’ACAT,

Aujourd’hui, nous, chrétiens, fêtons avec le reste du monde, la journée internationale des droits humains, dans une année vraiment pas comme les autres, en plein cœur du temps sacré de l’Avent.

Notre lettre mensuelle comporte deux (r)appels à la mobilisation, deux grandes campagnes pour célébrer ce jour et qui vont accompagner notre Avent.

L’une, préparée par un groupe de dames de l’ACAT, concerne des défenseurs de l’environnement persécutés au Brésil. « Flamme d’espoir pour le futur de notre monde et de ses enfants », elle consiste en une pétition que nous vous demandons de faire circuler et de renvoyer au président Jair Bolsonaro. Et ce, quand bien même elle porterait une unique signature. Enfin, une partie du livret de campagne est consacrée à la prière, de sorte que vous pouvez vous y référer chaque fois que vous en éprouvez le désir.

La seconde action, lancée par la FIACAT, une récolte de fonds pour les prisonniers confinés d’Afrique, s’inscrit dans le travail de longue haleine de notre organisation faîtière, et qui porte de remarquables fruits, sur la détention préventive abusive en Afrique.

Nous vous demandons aussi de vous approprier la lettre (Appel urgent européen commun aux ACAT) pour les chrétiens du Haut-Karabagh, victimes de l’arbitraire et de la violence aveugles des armes déployées lors du tout récent conflit du Caucase. Par ailleurs, en ce jour anniversaire de notre Lettre du 10 décembre 2019, nous n’avons pu nous empêcher d’aborder la situation de trop de défenseurs arbitrairement emprisonnés en Égypte [Considérez l’appel portant sur l’Égypte comme entièrement facultatif ; idem pour celui sur l’Azerbaïdjan. Nous ne saurions faire ombrage à la campagne visant le Brésil].

Faites ce que vous pouvez, prenez les interventions et campagnes comme des propositions, des amorces de votre action de chrétiens dans le monde.

Notre ACAT Info, touffu et riche, est sur le point de paraître, avec, notamment un compte-rendu de notre soirée-débat du 8 décembre, « Regards croisés sur la situation des détenu·e·s en période de pandémie Covid 19 ». Aussi je n’en dis pas plus et m’arrêterai là.

Je vous souhaite à tous un vrai Noël, avec cette année, le silence plutôt que les remix horripilants, et la chaleur de vos très proches et celle de Sa Main, plutôt que la foule des grands magasins.

Au creux du silence est Dieu.

Dans le silence sont les prisonniers, les opprimés, et nos morts, ressuscités.

A bientôt, portez-vous bien,

Votre dévouée,
Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

La lettre de l’ACAT -actualités, action novembre 2020

Bien chers adhérents,

La date de notre AG reste fixée le 6 novembre à 17h. Comme vous le savez, la situation actuelle ne nous permettra pas de nous retrouver comme nous l’avions prévu. celle-ci se tiendra en effet via webex, c’est à dire online, et uniquement en présence du président, Luc Detavernier, de son épouse, Pasteur Isabelle Detavernier et de Michael Bougard notre trésorier, ainsi qu’un membre de l’ACAT, extérieur au conseil d’administration.

Webex offre heureusement la possibilité de prendre part aux débats et de voter en donnant procuration aux administrateurs présents.
Le lien et le protocole de participation à l’AG (comme si vous y étiez, mais sans vous déplacer) vous seront adressés ces jours prochains.

Ensemble, restons plus que jamais aux aguets des maux qui frappent la terre, et à l’écoute du monde qui semble (ce matin) sombrer.
En attendant de vous retrouver, nous vous souhaitons à toutes et à tous une bonne santé.

Cordialement

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Octobre 2020 : Vietnam, Arabie Saoudite et Espagne + Belarus

BONJOUR chers adhérents et amis,

En cette période extrêmement difficile, nous espérons que vous demeurez pleins de courage et d’espérance. Voici nos appels urgents mensuels....

Appel urgent (Janvier 2017) - CHILI

« Procès vicié » et préventive prolongée

Appel du mois (Mars 2016) - RDC

JUSTICE POUR LES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES

Word - 30.5 ko

Intervenir avant le 05/04/2016

« A ce stade d’atrocités et de répétition des atrocités, être témoin et ne rien dire, cela devenait pour moi de la complicité. Je ne pouvais plus me taire » (Dr. Denis Mukwege)

Plus de 20 ans d’exactions et d’impunité

Une arme de guerre : telle est l’utilisation du viol depuis plus de 20 ans en République démocratique du Congo (RDC). En détruisant l’appareil génital de la femme, les bourreaux détruisent aussi le lien social et familial, et laissent des séquelles physiques et psychologiques irréversibles. Dans quel but ? Anéantir la communauté ennemie, et s’approprier ses richesses. Depuis 20 ans, plus de 500 000 femmes ont été victimes de ces violences sexuelles, véritables actes de torture, commises à la fois par les forces gouvernementales de la RDC et les groupes armés.

Le combat du Docteur Mukwege, « l’homme qui répare les femmes »

Un homme s’est attelé depuis plus de 15 ans à la tâche ardue de « réparer » les victimes – autant dans leurs plaies que dans leur dignité. Fils d’un pasteur pentecôtiste, Denis Mukwege est un gynécologue reconnu. La guerre civile a fait de son hôpital de Panzi le décor macabre d’arrivées quotidiennes de femmes et de fillettes ravagées par des sévices sexuels. Depuis, il s’est fixé deux missions titanesques : apporter soins et soutien aux victimes de ces viols brutaux et lancer un plaidoyer au niveau international. Car la lutte du Dr. Mukwege ne s’arrête pas aux portes de son bloc opératoire : il s’est rendu aux quatre coins du monde pour dénoncer l’impunité des criminels. Il a notamment reçu le Prix Sakharov 2014. Son action l’a exposé à plusieurs tentatives d’assassinat en RDC. Il vit actuellement cloitré dans son hôpital, protégé jour et nuit par des casques bleus... Mais les questions qu’il a soulevées retentissent enfin dans la société congolaise et auprès de la communauté internationale.

Une histoire encore en marche : la quête essentielle de vérité et de justice

L’impunité des criminels constitue un véritable fardeau pour la pacification du pays. Pour lever le voile sur ces violations majeures des droits de l’homme, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a entreprit en 2010 le rapport « Mapping ».
Celui-ci dresse l’inventaire des atrocités commises entre 1993 et 2003 en RDC. Mais ce rapport accablant a été enterré. Certains des militaires et membres de groupes armés qui ont commandité les crimes sexuels occupent toujours des postes importants. Les victimes se retrouvent parfois face à leurs bourreaux, décorés de galons ou de médailles. Du fait de cette impunité, les exactions perdurent dans la société congolaise. Les espoirs d’une paix durable en RDC ne pourront aboutir que si justice est rendue. Aujourd’hui, le silence doit être brisé.

  Imprimer

1 Message

  • Appel du mois (Mars 2016) - RDC Le 12 mars 2016 à 18:39, par Nicolas

    BONJOUR à chacun / chacune d’entre vous,

    Plusieurs d’entre vous m’ont signalé un dysfonctionnement du courriel de M. Kabila (appels de février et mars 2016). Les adresses émanent pourtant de sources officielles habituelles.
    Mais en effet, le site serait en cours de mise à jour ou que sais-je...

    Le plus simple semble d’envoyer un fax : +243 88 02 120 ou un courrier postal.

    autres solutions :
    - aller sur le site https://www.primature.cd et d’ utiliser l’adresse suivante contact@primature.cd, primaturerdc@yahoo.fr, cabinet@primature.cd ( peut-être mettre en copie ou modifier le destinataire de la lettre ainsi "Monsieur le premier ministre")

    - aller sur le site- portail de la RDC http://www.presidentrdc.cd/ , aller dans contacts et puis dans e-mail (icône) et là remplir les zones prévues à cette fin.
    L’ennui c’est que l’on doit révéler ses propres coordonnées.

    Ou encore ce site
    http://pragmora.com/takeaction/drcongo/kabila-be-a-hero/email-kabila/ semble explicitement destiné à l’envoi de doléances.

    En espérant vous avoir renseigné, merci

    Répondre à ce message

Répondre à cet article