Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel du mois (Janvier 2016) - OUZBEKISTAN
Intention de prière

"Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ne le savez-vous pas ?...

...Encore un peu, très peu de temps,...
Les sourds ... entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront. Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur, les malheureux exulteront en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans, l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal et sans raison déboutent l’innocent."

( d’après Isaïe 29, 17-21)

Appels à intervention
La lettre de l’ACAT -actualités, action et prière janvier 2021-
La lettre de l’ACAT -actualités, actions décembre 2020-

Bonjour ami(e) de l’ACAT,

Aujourd’hui, nous, chrétiens, fêtons avec le reste du monde, la journée internationale des droits humains, dans une année vraiment pas comme les autres, en plein cœur du temps sacré de l’Avent.

Notre lettre mensuelle comporte deux (r)appels à la mobilisation, deux grandes campagnes pour célébrer ce jour et qui vont accompagner notre Avent.

L’une, préparée par un groupe de dames de l’ACAT, concerne des défenseurs de l’environnement persécutés au Brésil. « Flamme d’espoir pour le futur de notre monde et de ses enfants », elle consiste en une pétition que nous vous demandons de faire circuler et de renvoyer au président Jair Bolsonaro. Et ce, quand bien même elle porterait une unique signature. Enfin, une partie du livret de campagne est consacrée à la prière, de sorte que vous pouvez vous y référer chaque fois que vous en éprouvez le désir.

La seconde action, lancée par la FIACAT, une récolte de fonds pour les prisonniers confinés d’Afrique, s’inscrit dans le travail de longue haleine de notre organisation faîtière, et qui porte de remarquables fruits, sur la détention préventive abusive en Afrique.

Nous vous demandons aussi de vous approprier la lettre (Appel urgent européen commun aux ACAT) pour les chrétiens du Haut-Karabagh, victimes de l’arbitraire et de la violence aveugles des armes déployées lors du tout récent conflit du Caucase. Par ailleurs, en ce jour anniversaire de notre Lettre du 10 décembre 2019, nous n’avons pu nous empêcher d’aborder la situation de trop de défenseurs arbitrairement emprisonnés en Égypte [Considérez l’appel portant sur l’Égypte comme entièrement facultatif ; idem pour celui sur l’Azerbaïdjan. Nous ne saurions faire ombrage à la campagne visant le Brésil].

Faites ce que vous pouvez, prenez les interventions et campagnes comme des propositions, des amorces de votre action de chrétiens dans le monde.

Notre ACAT Info, touffu et riche, est sur le point de paraître, avec, notamment un compte-rendu de notre soirée-débat du 8 décembre, « Regards croisés sur la situation des détenu·e·s en période de pandémie Covid 19 ». Aussi je n’en dis pas plus et m’arrêterai là.

Je vous souhaite à tous un vrai Noël, avec cette année, le silence plutôt que les remix horripilants, et la chaleur de vos très proches et celle de Sa Main, plutôt que la foule des grands magasins.

Au creux du silence est Dieu.

Dans le silence sont les prisonniers, les opprimés, et nos morts, ressuscités.

A bientôt, portez-vous bien,

Votre dévouée,
Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

La lettre de l’ACAT -actualités, action novembre 2020

Bien chers adhérents,

La date de notre AG reste fixée le 6 novembre à 17h. Comme vous le savez, la situation actuelle ne nous permettra pas de nous retrouver comme nous l’avions prévu. celle-ci se tiendra en effet via webex, c’est à dire online, et uniquement en présence du président, Luc Detavernier, de son épouse, Pasteur Isabelle Detavernier et de Michael Bougard notre trésorier, ainsi qu’un membre de l’ACAT, extérieur au conseil d’administration.

Webex offre heureusement la possibilité de prendre part aux débats et de voter en donnant procuration aux administrateurs présents.
Le lien et le protocole de participation à l’AG (comme si vous y étiez, mais sans vous déplacer) vous seront adressés ces jours prochains.

Ensemble, restons plus que jamais aux aguets des maux qui frappent la terre, et à l’écoute du monde qui semble (ce matin) sombrer.
En attendant de vous retrouver, nous vous souhaitons à toutes et à tous une bonne santé.

Cordialement

Cécile Auriol, pour le conseil d’administration de l’ACAT

Octobre 2020 : Vietnam, Arabie Saoudite et Espagne + Belarus

BONJOUR chers adhérents et amis,

En cette période extrêmement difficile, nous espérons que vous demeurez pleins de courage et d’espérance. Voici nos appels urgents mensuels....

Appel urgent (Janvier 2017) - CHILI

« Procès vicié » et préventive prolongée

Appel du mois (Janvier 2016) - OUZBEKISTAN

SUR CES DÉTENTIONS ARBITRAIRES QUI S’ÉTERNISENT...

Word - 28.1 ko

Intervenir avant le 13/02/2016

Chaque année, à l’occasion de l’anniversaire de la Constitution, le 8 décembre, le régime ouzbek gracie des milliers de prisonniers. Malheureusement, cette année encore, l’amnistie n’aurait pas touché les prisonniers politiques Azam Farmonov, Mukhammed Begjanov, Nasim Isoqov, Ganihon Mamathonov et Zafarjon Rahimov .
Isroiljon Holdarov est le président de la branche d’Andijan de l’organisation des droits de l’homme « Ezgulik ». Journaliste indépendant, il est également dirigeant régional du parti ERK. Après le massacre d’Andijan en 2005, il a publiquement révélé l’existence de charniers à Andijan aux médias internationaux. Son logement a été fouillé par la police. Il a donc décidé de fuir au Kirghizistan et de déposer une demande d’asile auprès du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR). Kidnappé par les services de sécurité ouzbeks au Kirghizistan le 10 juin 2006, il a été rapatrié de force dans son pays. En février 2007 il est condamné à sept ans de prison. En 2012 sa peine est prolongée de trois ans parce qu’ « il ne s’est pas levé à l’appel de son nom » et a refusé de porter un objet lourd à la demande d’un gardien.
M. Holdarov doit être libéré courant 2016. Il est toutefois probable que les autorités prolongeront arbitrairement sa peine, comme pour Messieurs Farmonov, Begjanov, Isoqov, Mamathonov ou encore Zafarjon Rahimov.
Mukhammed Begjanov, enfermé depuis plus de 16 ans et demi, subit la peine de prison la plus longue au monde pour un journaliste. M. Begjanov, qui vient d’avoir 61 ans, était membre du parti d’opposition ERK et rédacteur en chef du journal du parti. A l’issue d’un procès inique, il a été condamné à 15 ans de prison. Sa peine a ensuite été réduite de trois ans. Il devait être libéré le 13 décembre 2011. Ses proches l’ont attendu en vain. Le 23 janvier 2012 sa famille a été informée qu’il avait été condamné à cinq années supplémentaires d’emprisonnement pour avoir « frappé trois détenus ». En prison, il a été torturé à plusieurs reprises et sa santé s’est gravement détériorée. Selon ses proches, la pression internationale menée ces dernières années par l’ACAT conjointement avec des organisations partenaires semble avoir amélioré ses conditions de détention. Il serait mieux nourri et les visites de ses proches seraient facilitées.
• En mai dernier, notre ACAT avait également agi pour le défenseur Azam Farmonov qui, au terme de 10 années de prison, a vu sa peine prolongée de cinq années sur base d’accusations inventées. En avril 2006 il a soutenu des paysans contre une compagnie d’exploitation pétrolière de l’Etat. Par conséquent il a été détenu incommunicado dans des endroits épouvantables pendant des périodes interminables. On l’a également torturé pour lui faire avouer de prétendues escroqueries. Les enquêteurs ont utilisé des masques à gaz, l’ont frappé avec des battes pendant plus d’une semaine. Privé de tout droit à la défense, il a écopé de neuf ans de détention en juin 2006.
Son séjour au sein d’une colonie pénitentiaire à Jaslyk- surnommée "death zone" à cause des conditions de détention insoutenables- a exacerbé des douleurs chroniques au niveau des reins. Tant les températures glaciales de l’hiver que la fournaise de l’été transforment en enfer les cellules minuscules et surpeuplées des détenus.
Durant son emprisonnement, dans l’impossibilité de faire appel, M. Farmonov n’a eu de cesse de dénoncer les mauvais traitements qu’il subissait. En mai 2015, il décrit dans une lettre des tortures terribles et des conditions de détention odieuses.
Sentences transformées de facto en emprisonnement à vie
La prolongation arbitraire de peines de prison est une pratique récurrente à l’encontre d’opposants politiques, de défenseurs des droits de l’homme ou de journalistes. Juste avant leur relaxe et après de longues années, les autorités évoquent des infractions mineures, justifiant d’allonger leur peine. Ces prolongations d’un minimum de trois ans pour des motifs absurdes ou aussi vagues que « violation du règlement intérieur », ont un effet dévastateur sur ces personnes déjà brisées.
Piétinant systématiquement les droits de l’homme, l’Ouzbékistan reste l’un des États les plus autoritaires au monde. Au cours des cinq dernières années, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) s’est prononcée sur une vingtaine d’affaires d’extradition vers l’Ouzbékistan et a considéré que la torture y demeurait systématique, impunie et « encouragée ».
http://www.acatfrance.fr/un-monde-tortionnaire/ouzbekistan-rapport-2015
(ACAT France ; OMCT)

« Seigneur, que cette nouvelle année nous apporte un surcroît de paix dans ce monde déboussolé. Viens mettre ta paix dans le coeur de ceux qui sont violentes, torturés. Viens toucher le coeur de leurs bourreaux. Nous t’en prions ».


(Prière de Nadine)

  Imprimer